Vaincre le syndrome de la page blanche

Ça y est, je me lance. Je vais écrire un article. Mais que vais-je raconter ? Et par quoi commencer !? Malgré toute la bonne volonté du monde, ma page reste désespérément vierge… Je suis victime du fameux syndrome de la page blanche (ou leucosélophobie, pour faire plus savant).

Voici nos conseils pour vous lancer sans rester bloquer trop longtemps devant votre clavier.

 

I. TROUVEZ DES SOURCES D’INSPIRATION

 

1. Racontez ce que vous faîtes

Rien de mieux que le partage d’expérience pour raconter une histoire facile à rédiger. C’est particulièrement vrai sur Linkedin, où vous vous exprimez à titre professionnel. Quel que soit votre métier ou vos compétences, vous avez forcément des choses à apprendre à ceux qui ne sont pas spécialistes. Vous avez aidé un client à résoudre un problème ? Racontez-le ! Vous avez collaboré à un projet intéressant/innovant ? Expliquez quelle part vous y avez pris et pourquoi ce projet a vu le jour. Vous avez vécu un moment fort avec des collègues/clients/partenaires ? Partagez ce moment et précisez pourquoi il a retenu votre attention.

2. Livrez votre point de vue

Il vous arrive forcément de réagir devant un reportage ou une interview. Ce commentaire, que vous livrez volontiers à votre entourage, pourquoi ne pas le partager dans un article ? Bon, évidemment, on ne vous recommande pas d’écrire pour dire tout le mal que vous pensez d’une personnalité ou d’un projet quelconque. Encore que… On peut donner son avis sur n’importe quel sujet si les arguments sont étayés et si le point de vue permet de susciter une réflexion. La prochaine fois que vous lirez, écoutez, regardez le journal, et que vous aurez envie de réagir au sujet que vous aurez lu, entendu, vu, vous tiendrez votre prochain sujet d’article ! N’oubliez pas, alors, de partager votre contenu source ou au moins d’expliquer ce qui vous a fait réagir.

3. Partagez vos conseils

Nous avons tous une expertise à partager. Par exemple, chez Newsroom 365, les collaborateurs partagent régulièrement des contenus en rapport avec la production de contenus. Cet article en est la preuve. A vous de trouver vos domaines d’expertise et les sujets susceptibles d’intéresser d’autres professionnels moins aguerris. Ne choisissez pas un sujet trop généraliste (par exemple, la production de contenu) mais segmentez pour trouver plusieurs sujets avec des angles précis (par exemple, le syndrome de la page blanche, écrire un bon titre, les 10 erreurs à ne pas commettre quand vous écrivez un article…)

 

II. METTEZ-VOUS DANS DE BONNES DISPOSITIONS

 

4. Trouvez votre moment

Certains sont plein d’inspiration le matin, d’autres en fin de journée, le week-end… Pour d’autres, les bonnes idées surgissent au milieu du sommeil. Trouvez le moment qui vous correspond. Notez sur votre smartphone ou un carnet vos idées de sujet au fur et à mesure où elles vous viennent et mettez-vous à la rédaction au moment où vous avez le temps, l’envie et le calme pour écrire.

5. Fixez-vous des objectifs

On ne va pas se mentir : rédiger un article relève d’une contrainte pour beaucoup de monde. Du coup, on trouve toujours une bonne raison de repousser cet exercice à plus tard. Et on finit par ne rien écrire du tout. Il est donc essentiel de vous fixer des objectifs. Ne soyez pas trop ambitieux au début (1 article par mois ?) mais surtout lancez-vous. La mécanique se mettra en place au fur et à mesure et comme pour le sport, vous serez amené à progresser.

6. Commencez par le début… Ou pas

Les premiers mots sont les plus difficiles à trouver ? Commencez par les suivants ! Pour être plus concret : si vous vous prenez la tête pour trouver votre phrase d’attaque, passez à autre chose. Couchez sur le papier les mots qui vous viennent en tête. Commencez à former des phrases. Puis enchainez jusqu’à écrire un article. Vous reviendrez sur votre phrase d’attaque plus tard. Et vous aurez fait l’essentiel : votre sujet sera en grande partie rédigé.

7. Ne vous souciez pas du quand dira-t-on

C’est LE conseil le plus important : ne vous mettez pas la pression ! Vous ne passez pas le concours d’entrée à Sciences Po ni ne concourrez pour le Prix Goncourt. Alors, détendez-vous ! Trop de clients de l’agence renoncent à écrire un article par crainte du jugement des autres internautes. Mais il n’y a rien à craindre ! Au pire, votre article ne suscitera pas de réaction et disparaitra dans les limbes de l’internet. Alors, pas d’inquiétude, lancez-vous !